Informations pratiques

Faire cohabiter les chats... pas toujours facile!

actualité créée le 31/08/2018
Pourquoi certains chats partagent leur quotidien sans problème et d’autres ne peuvent pas se voir ?

Le chat, contrairement au chien, est un animal solitaire avec un comportement de type territorial. Dans la nature, la structure de base est représentée par des groupes de femelles qui élèvent leur progéniture ensemble. Les jeunes mâles quittent le groupe vers l’âge d’un an et rejoignent des bandes au sein desquelles ils entretiennent des relations plus ou moins sociales avec les individus qu’ils ont choisis.
Dans l’environnement domestique, le chat doit devenir tolérant à la présence de personnes et d’autres animaux avec lesquels il doit accepter de partager son territoire. Certains y arrivent mieux que d’autres…
Le territoire du chat se compose de plusieurs aires dévolues à ses différentes activités (jeu, repos, toilette…). Certaines aires peuvent être partagées mais le chat conserve des zones d’isolement au sein desquelles les individus ne sont pas admis.
Le chat marque son territoire afin de se créer un environnement familier et avertir les autres chats de sa présence au sein de cette zone.
L’odorat est le principal sens impliqué dans la communication chez le chat.

Il existe trois types de marquage :
- le marquage facial, le chat frotte ses joues contre des objets, des personnes, d’autres animaux et y dépose des phéromones (= hormones de communication). Ce type de marquage à lieu lors de relations sociales de familiarisation.
- le marquage avec les griffes, le chat aiguise ses griffes tout en déposant des phéromones. Ce comportement se manifeste surtout à proximité des lieux d’isolements bien en vue des autres congénères.
- le marquage urinaire est motivé par la présence d’une odeur étrangère dans le territoire. Il augmente encore lors d’anxiété.

Que se passe-t-il lors de l’introduction d’un nouveau chat ?

Deux chats qui ne se connaissent pas vont, dans un premier temps, présenter des signes de menaces, des feulements, et vont se livrer à des courses poursuites. Il est important à ce stade de ne pas intervenir afin que les deux chats puissent se répartir le territoire et à terme arriver à cohabiter voir à s’apprécier.
Par contre, si les deux chats ne trouvent pas un terrain d’entente (souvent empêché par les interventions du propriétaire), les combats s’intensifient, le chat le plus actif envahit progressivement le territoire du chat plus timide qui s’isole. Le chat actif surveille constamment l’autre chat et l’anxiété devient permanente pour les deux.
Cette anxiété induit des troubles de comportements qui altèrent le bien-être des chats et qui deviennent gênants pour le propriétaire. A ce stade là, une consultation chez votre vétérinaire peut vous aider à améliorer votre quotidien et celui de vos chats grâce à des conseils de gestion d’environnement parfois associés à une médication.

Comment faire pour introduire un nouveau chat dans la maison ?

Il faut absolument éviter un contact direct entre les deux chats. L’idéal est d’isoler le nouvel arrivant pendant 24 à 48 heures dans une pièce afin qu’il l’imprègne de son odeur puis d’inverser les territoires pendant le même laps de temps. Ensuite, les chats doivent se rencontrer dans une grande pièce leur laissant la possibilité de fuir ou de se cacher. Le propriétaire doit s’abstenir d’intervenir au maximum.
Les chances d’obtenir une relation amicale entre vos chats seront ainsi optimisées. Rien n’est plus agréable pour un propriétaire de chats que de voir ses protégés partager leur vie sereinement.

Vous partez en vacances ?

actualité créée le 13/06/2018

Votre compagnon à quatre pattes vous accompagne ?
 
Voici quelques conseils pratiques…

Quand vous partez en vacances avec votre chien, votre chat ou votre furet, la législation étrangère doit être respectée.
Pour la plupart des pays de la Communauté Européenne, votre animal doit :
Être identifié via une puce électronique. Les tatouages ne sont valables que s’ils ont été effectués avant le 3 juillet 2011 ET qu’ils sont clairement lisibles.
Avoir un passeport européen.

Être vacciné contre la rage et cela minimum 21 jours avant le voyage s’il s’agit d’une première vaccination.
Il est toujours conseillé de se renseigner auprès de votre vétérinaire, à l’ambassade du pays de votre destination ou sur le site www.health.belgium.be afin de s’assurer qu’il n’y a pas d’autres législations particulières à respecter. (Traitements antiparasitaires, test sérologique, ceinture de sécurité obligatoire en Allemagne…)
La prévention contre les parasites externes est très importante si vous partez vers le sud. Protégez votre animal contre les piqûres de tiques et de moustiques ! Ces insectes peuvent être vecteurs de maladies parfois difficiles à traiter.

Le moustique est porteur de larves d’un ver appelé Dirofilaria. Ce parasite est injecté dans le sang de votre animal lorsque le moustique le pique. Cette larve migre jusqu’au cœur ou elle se développe en ver et est responsable d’insuffisance cardiaque qui apparait 5 à 7 mois après votre retour de vacances.
Le phlébotome est un petit moustique que l’on rencontre surtout à la Méditerranée. Il transmet une autre maladie appelée Leishmaniose, un parasite qui détruit les globules blancs. Les symptômes apparaissent également après plusieurs mois.

Les moustiques et les phlébotomes sévissent au crépuscule et la nuit. Il est donc conseillé de ne pas laisser sortir votre chien après le coucher du soleil, d’utiliser une moustiquaire et de placer un ventilateur de façon à éviter que les phlébotomes n’arrivent près de votre animal.

La tique, petit insecte gourmand qui attend impatiemment sur sa branche qu’un animal à sang chaud (ou un homme) passe pour lui grimper dessus et lui sucer le sang. Malheureusement, elle peut également transmettre différentes maladies comme la Borreliose (maladie de Lyme), la Babésiose, L’Ehrlichiose…
La tique doit être retirée rapidement grâce à une pince à tique (l’éther n’est pas nécessaire…) avant qu’elle ne puisse transmettre ces maladies. N’oubliez pas d’examiner votre animal tous les soirs !

Attention au coup de chaleur :

Ne laissez pas votre animal seul dans la voiture, veillez à assurer une température agréable pendant le trajet.
Evitez les exercices physiques importants lors de températures élevées.
Ne permettez pas à votre animal de se coucher au soleil, par exemple à la plage, sans protection.
Veillez à donner suffisamment à boire à votre animal.
N’hésitez pas à rafraîchir régulièrement votre chien avec de l’eau froide.
Attention au furet, il tolère très difficilement des températures supérieures à 30 °C.

EN RESUME :

Avant votre départ :

Se renseigner sur les législations du pays de destination et s’assurer que tous les documents de votre animal soient en ordre.
Appliquer un spot on (pipette) répulsif contre les tiques, moustiques et phlébotomes. N’hésitez pas à nous contacter car tous les produits antiparasitaires ne sont pas répulsifs.
Prévoir une trousse de secours pour votre compagnon : muselière (parfois obligatoire sur certains bateaux…), désinfectant, compresses, pince à tique, crème solaire pour les truffes roses…
N’oubliez pas la valise de votre compagnon…(gamelles, laisse, coussin, jouet…)
 
Sur place :

S’assurer de la proximité d’un vétérinaire.
Inspecter son animal tous les soirs pour retirer des tiques éventuelles.
Mettre en place les petites astuces de prévention contre les moustiques et phlébotomes.
Eviter le coup de chaleur !
 
Au retour :

Vermifuger votre animal avec une molécule active contre le ver cardiaque. Tous les vermifuges ne sont pas efficaces, parlez-en à votre vétérinaire.
 
Bonnes Vacances !

Retrait d'une tique

actualité créée le 9/08/2017
Les tiques sont réputées pour être porteuses de la maladie de Lyme (10 à 23% de tiques porteuses en Belgique) ainsi que de la Babésiose et l'Ehrlichiose, dans les climats plus chauds (Sud de la France). D'où l'importance de la prévention! Les solutions les plus efficaces étant les anti-parasitaires en pipette et en comprimé qui tuent les tiques et les puces dès qu'elles s'attachent à leur hôte et commencent leur repas.
 
Si votre animal n'a pas été traité suffisamment tôt et a été mordu, il faut retirer la tique dans les 24 heures après la morsure afin d'éviter que votre animal ne soit contaminé. Pour cette raison, contrôlez votre animal régulièrement et/ou après chaque sortie pour pouvoir l'extraire le plus rapidement possible.
 
Pour la retirer efficacement, nous vous conseillons de vous munir d'un crochet tire-tique comme celui ci-dessus.
Il s'agit d'un petit pied-de-biche à placer sous la base de la tique. Il faut ensuite la faire tourner dans le sens contraire des aiguilles d'une montre en tirant légèrement (afin de la décoller du ciment qu'elle aura produit pour se fixer à la peau) pour pouvoir la décrocher.
 
La morsure provoque un gonflement local de la peau, et il se formera à cet endroit une petite croute qui durera quelques jours puis disparaîtra naturellement. Vous pouvez néanmoins désinfecter à l'Iso-Betadine ® en tamponnant à l'endroit de la morsure matin et soir le temps que cela guérisse.
 
Si après une semaine, la peau reste gonflée, chaude,  rouge, il est préférable que votre animal soit vu par le vétérinaire afin de s'assurer qu'il n'ait pas besoin d'un traitement plus approprié (antibiotique).

Ce qu'il faut savoir avant d'accueillir un lapin chez soi.

actualité créée le 14/06/2017

Le lapin est un petit animal de compagnie très attachant mais très sensible au stress, il a besoin de tranquillité, de régularité d'entretien et d'une grande discipline sur sa nourriture.
La décision d'accueillir un lapin doit être mûrement réfléchie car c'est un engagement à long terme.  La durée de vie moyenne du lapin de compagnie est de 7 à 12 ans.

Comportement :
Le lapin est un animal territorial, il peut présenter des signes d'agressivités lorsque l'on met la main dans sa cage (surtout chez les femelles qui protègent leur zone de reproduction) mais il est en général très doux en dehors de celle-ci, son attitude vis à vis de son maître rappelle un peu celui du chat.
Il a besoin de nombreuses heures de liberté en dehors de sa cage afin de courir, sauter, creuser, ronger....  Attention, toujours sous surveillance!
Le lapin est un animal sociable qui apprécie la compagnie.  L'idéal est donc de faire cohabiter plusieurs lapins ensemble.  Mais attention, les lapins supportent mal l'arrivée d'un nouveau congénère lorsqu'ils sont adultes.  Il est préférable de les adopter ensemble lorsqu'ils sont jeunes.  La cohabitation de mâles non castrés est difficile.  Les cohabitations possibles sont: 1 mâle et 1 femelle stérilisée, 2 femelles si possible stérilisées ou 2 mâles castrés.

Logement :
La cage doit être placée dans un endroit calme et à l’abri des courants d'air.  Le lapin supporte mieux le froid que la chaleur, la température ambiante ne doit pas dépasser les 28°C.  La cage doit être suffisamment haute pour que l'animal se tienne debout sans que ses oreilles ne touchent le plafond et suffisamment longue pour qu'il puisse faire trois bonds à la suite.
 Elle doit contenir un abri, une zone de repos avec un tapis, une caisse contenant une litière végétale, attention, pas de litière pour chat qui pourrait provoquer une obstruction intestinale si elle est ingérée par le lapin.  Le sol est couvert de paille, de foin ou de chanvre.  Les copeaux de bois doivent être évités, certains peuvent être toxique (pin, cèdre...).  Le fond de la cage et la litière doivent rester propres et secs, la cage doit être nettoyée 2 x/semaine et les zones souillées doivent être retirées tous les jours.
Pour le bien-être du lapin, les sorties à l'extérieur doivent être les plus fréquentes possibles.  Lors de ses promenades ou dans sa cage, afin d'enrichir son environnement, on peut lui fournir un tapis à griffer, des objets à ronger, des cartons à déchiqueter, des paniers et des boules tressées en osier, des caisses en bois, des branches d’arbres fruitiers ou de saules... mais attention à bien sécuriser vos fils électriques et vos meubles!

La propreté :
Le lapin est naturellement propre, il utilise un coin de sa cage pour y faire ses besoins.  Une fois ce coin élu, on peut y placer une caisse avec une litière.  Au bout de deux ou trois semaines dans sa cage, on peut laisser la porte ouverte de celle-ci lorsque le lapin circule librement et dans la majorité des cas, il retournera faire ses besoins dans sa litière.  Les lapins peuvent cependant devenir malpropres à la puberté (à 4-6 mois).

L’alimentation :
Beaucoup de maladies découlent d’une méconnaissance par le propriétaire des besoins alimentaires réels de son animal.  L’alimentation du lapin, outre la couverture des besoins énergétiques, doit également favoriser l’usure des dents qui poussent en continu toute la vie de l’animal et favoriser l’équilibre entre production de crottes dures (déchets fibreux) et de caecotrophes (=crottes molles enduites d’un mucus afin de coller à l’anus et d’être réingérées par le lapin pour absorber certains nutriments tel que la vitamine B).
L’idéal est de laisser à disposition et à volonté toute la journée de l’eau et du foin dans un râtelier (afin de ne pas être souillé par les déjections). Les mélanges de granulés vendus dans le commerce ne doivent être distribué qu’à raison de 20g/kg/jour, ceux-ci sont trop riche en graisses et en glucides, trop pauvre en fibres et ne permettent pas l’usure correcte des dents.
Les légumes et la verdure fraiche, lavés, séchés et à température ambiante permettent un apport de vitamines et une bonne hydratation du contenu digestif en prévention des stases digestives.  On les distribue quotidiennement.  Les végétaux recommandés pour l’alimentation du lapin sont : carottes et fanes de carottes, de navets et de radis, endives, épinard, mâche, brocolis, chou, cresson, fenouil, céleri, persil, basilic, cerfeuil, thym, pissenlit et la salade frisée en petite quantité.
Les friandises sucrées proposées dans les animaleries doivent être distribuées exceptionnellement, les fruits ne doivent être considérés que comme gourmandises occasionnelles.

La vaccination :
Il existe deux maladies virales mortelles chez le lapin : la myxomatose et la maladie virale  hémorragique.  Ces deux virus peuvent être transmis par des insectes piqueurs tels que puces et moustiques (surtout pour la myxomatose) ainsi que par contact direct entre lapins (surtout la maladie virale hémorragique).  Il n’existe aucun traitement spécifique contre ces maladies.  La vaccination est le seul moyen de protéger le lapin.  Il existe un vaccin qui protège contre ces deux maladies et qui peut être injecté au lapin dès l’âge de 5 semaines.  La protection est efficace 3 semaines après l’injection et ce pendant une année.  Un rappel annuel est donc nécessaire afin de maintenir une protection efficace.

Dr. Kohl Sylvie.

Comment entretenir les oreilles de votre animal?

actualité créée le 28/03/2017


L'entretien des oreilles, de même que la coupe des griffes et l'entretien du pelage, sont des actes importants à effectuer dès le plus jeune âge afin d'habituer l'animal aux manipulations régulières et indispensables qui seront à faire tout au long de sa vie.
Les chiens à oreilles tombantes (Cockers, Labradors, Cavaliers King Charles, Epagneuls, Bassets) requièrent plus d'attention car ces derniers sont plus sensibles aux otites microbiennes (dues à une moins bonne aération du conduit auditif), ainsi qu'aux otites par corps étrangers suite à l'accrochage d'épillets dans leurs poils.

Dans d'autres cas, les otites peuvent apparaître suite à une surproduction de cérumen qui empêche l'évacuation de débris cellulaires hors de l'oreille, et créent un environnement favorable au développement de microorganismes tels que levures (Malassezia), bactéries, ...
La "gale d'oreille" ou "gale auriculaire" est induite par un acarien qui se nourrit de déchets épidermiques et de cérumen. La présence de ce parasite provoque chez l'animal de fortes démangeaisons.
L'entretien est donc primordial et est un excellent moyen de prévention, mais cela aide également à favoriser la guérison en cas d'otite ou de gale auriculaire.
 
Technique de nettoyage :

• Insérez le produit en maintenant la tête de l'animal afin de l'empêcher de la secouer. Les nettoyants auriculaires ont un embout prévu pour pénétrer à    l'entrée du conduit.
• Massez ensuite la base de l'oreille afin de décoller la saleté se trouvant dans le fond.
• Laisser agir le nettoyant quelques minutes, puis essuyez enfin avec une compresse l'excédent de produit et les crasses qu'il a fait expulser hors du conduit.

Technique en images :

http://www.youtube.com/watch?v=KfPZv7O4ge0